Apprivoiser ses émotions pour faire la paix avec la nourriture

« On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. » Le petit prince d’Antoine de Saint-Exupéry

Bonjour,

Si vous saviez combien j’ai peur là en ce moment de me tromper, de ne pas trouver les mots qui pourraient vous aider à apprivoiser vos émotions pour faire la paix avec la nourriture. Oh, je sais que je vais vous parler des émotions et aussi qu’est-ce que vous aurez à gagner à les apprivoiser. Mais je ne sais pas comment cela va sortir et si cela va être bon pour vous.

Mais cette peur je l’accueille. Elle me dit que je veux bien faire. Et que pour ça, il me suffit de parler avec mon cœur. Elle me dit que je ne veux pas faire d’erreur par peur de blesser. Je la laisse passer, faire son chemin. J’ai simplement à écrire mon article. Et il sera reçu comme il doit être reçu. De cela je n’en ai pas la maîtrise.

Je n’ai pas juste envie de vous donner un article où j’énumèrerais les émotions de bases que sont la colère, la peur, la tristesse, la surprise, le dégoût, et la joie ou encore la liste des bienfaits à s’y reconnecter, parce que je connais trop bien les attentes que l’on peut avoir face à un espoir pour enfin sortir de sa douleur, et la déception quand cette attente se prolonge comme un jour sans fin.

Car c’est quand même la promesse du titre

Apprivoiser ses émotions pour faire la paix avec la nourriture

J’ai longtemps manger mes émotions. Elles étaient présentes en moi. Sans que je les écoute. À la place, je mangeais jusqu’à ce que mon ventre me fasse mal, jusqu’à ce que ma conscience me revienne, jusqu’à n’avoir plus rien à dévorer. Et encore dans ce cas là, je pouvais chercher un magasin pour acheter de quoi manger, manger, manger.

Et puis il y avait ces périodes où je refusais de manger. Je m’obstinais sur un régime sur lequel je ne dérogeais pas. En plus de me rendre la vie complètement obsédée par ce que j’avais le droit de manger ou pas, je m’écartais de tous les bons moments à vivre. Non aux invitations, non à partager le diner en famille, non à certains aliments que j’imaginais dangereux pour ma ligne.

Dans ma tête, il n’y avait que de la place pour cela, manger. Jusqu’à ce que je retrouve une forme de calme habité par la honte et par la culpabilité. Mais au moins, j’avais atténué la tension qui avait amener ma main à ouvrir le placard ou le frigo.
Dans ma tête, il n’y avait plus que cela, contrôler mon alimentation. Une illusion de pouvoir qui me consolait certainement des pertes de contrôles…de plus en plus fréquentes.

Jusqu’au jour où la vie, que j’avais si belle soit elle de l’extérieur, ne pouvait plus durer. Ma vie à moi, celle que je vivais à l’intérieur était un immense bordel fait de secrets, de non-dits, d’apparence. Elle cachait si bien le dessous de l’iceberg.

À partir du moment où je n’ai vu que 2 options :

VIVRE ou MOURIR

Même s’il y en avait une troisième, que je connaissais par cœur : vivre à moitié.

Et moi, je voulais une vie pleine, remplie, une vie à la hauteur de mes rêves. Une vie où j’arrêterai de m’oublier dans la nourriture, d’oublier ce que je ressens dans la nourriture. Une vie où je pourrais être qui je suis avec mes fragilités, mes forces, mes erreurs, mes réussites.

Une vie où ma colère, ma peine, et ma peur ne seraient plus dévorer à en dégueuler. Mais où je pourrais les regarder en face comme des amies à aimer. Parce qu’elles me rendraient VIVANTE ces émotions. Il fallait que j’apprenne à les apprivoiser.

À partir de ce moment, j’ai choisi la Vie.
Et pour ça, je suis allée me faire aider.

Aujourd’hui, je souhaite vous offrir ce qui m’a aidé à moi, à me sortir de la guerre avec l’alimentation. En tous cas, c’est ce qui m’a permis de faire un premier pas vers la paix avec moi et avec la nourriture: 

Apprendre à apprivoiser vos émotions pour :

  • Mieux vous connaitre

  • Créer une relation douce et harmonieuse avec vous

  • Savoir répondre à vos besoins

  • Vous relier aux autres

  • Être vous-même

Les émotions ne demandent pas forcément à s’exprimer, mais elles demandent à être écouter, entendues, accueillies.

J’espère vraiment que vous saurez vous faire ce cadeau, celui d’aller un peu plus à la rencontre de vous-même. Mais ce que j’espère par dessus tout c’est que vous trouviez la paix avec la nourriture et avec vous, peu importe la manière. Faites-vous confiance…

Je m’abonne et je reçois en cadeau 8 façons d’apprivoiser mes émotions

À bientôt

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

2017-11-16T13:01:23+00:00

About the Author:

Leave A Comment