« La joie profonde du cœur est comme un aimant qui indique le chemin de la vie » Mère Teresa

Voyez cette montagne sublime. Elle est là depuis la nuit des temps. Les arbres qui l’habitent lui donnent son mystère. Son assise solide lui confère un attrait que nombre d’entre nous séduit, laissant germer chez la plupart le rêve de son ascension.

Ce rêve peut susciter tellement de fantasmes que beaucoup préfèrent en rester là plutôt que d’aller voir ce qui se passe quand on se confronte à la réalité.

D’autres n’écoutant que leur cœur se mettent en tête d’aller la gravir, peu importe les difficultés qu’ils pourraient rencontrer. Après tout, s’ils arrivent à destination, les difficultés ne rendront le sommet que plus beau. Et puis, ils croient aussi et surtout que plus que le sommet , ce qui rendra le voyage merveilleux, c’est l’aventure du chemin.

Quelles découvertes ? Quels trésors ? Quels apprentissages ? Quelles rencontres ?

Quand on choisit de se lancer, sait-on seulement que tout avant nous a préparé à cette aventure, que l’on possède en soi, sans doute, tout ce dont on aura besoin ? Et si ce n’est pas le cas, alors on trouvera  sur le sentier de quoi les nourrir.

Il peut y avoir les peurs qui surgissent. Il peut y avoir les croyances qui poussent ou ralentissent. Il peut y avoir tellement de pensées qui permettent d’arriver au bon moment à cet endroit précis. Ce jour où tout commence. Et où si on écoute les frémissement du corps, on sent , on sait que c’est là que l’on doit être.

Alors tous les chemins s’ouvrent même si pour l’instant au pied de la montagne, on ne distingue que celui emprunter par d’autres.

C’est le début. On peut choisir de suivre ce chemin et de jamais s’en écarter. On peut se laisser attirer par une clairière, un endroit sombre, un bruit , une vue. On peut choisir de poser quelques temps son sac dans un refuge, question d’alléger peut-être le sac que l’on transporte.

Une montagne et des milliers de choix pour franchir chaque étape qui nous rapproche des hauteurs.

Est-ce que là-haut la perception est à la hauteur de l’idée que l’on s’en faisait ? Et si plutôt que de se faire une idée, on se laissait aussi surprendre ?

Ici un lac d’une clarté limpide, là une biche se laissant approcher. Plus loin dans les airs , l’oiseau roi des montagnes venant à notre rencontre. Qu’est-ce qui attend celui ou celle qui a pris le chemin ?

Ce que l’on avait prévu peut-être et puis le reste qui donne le goût unique et particulier à nos pas.

Prendre le temps pour profiter de la Beauté, la savourer. Elle se glisse ici et là, mais elle peut rapidement se cacher si on n’y fait pas attention.

Le sommet lui, ne peut-il pas attendre ? Une fois là haut , que se passe-t-il ? D’autres secrets ? D’autres merveilles ?

Peut-être, mais profitons simplement de ce qui se présente. Le reste viendra de toutes manières puisqu’on a décidé d’emprunter le chemin de la montagne. De le suivre ou d’en inventer d’autres…