L’héritage de ma mère

 » La vie est un héritage, elle se transmet. » A.d’Houdetot

Des virages à n’en plus finir. Je rends visite à ma mère qui se trouvent dans un centre d’amaigrissement. Le voyage me semble interminable, d’autant que j’ai l’impression que cela fait des mois qu’elle est enfermée dans cette chambre grise où je la découvre assise sur son lit, souriante comme toujours. En réalité, elle y sera restée trois semaines.

Ma mère a toujours caché sa tristesse derrière son sourire. Et de la tristesse, elle en a des tonnes qui pèsent des kilos sur ses hanches. Des kilos qu’elles tentent de perdre au gré de ses innombrables régimes. Tout comme les kilos de colère collés à ses fesses qu’elles n’arrivent pas à déloger définitivement.

Ces douleurs, ces colères, quelles sont elles ?
Des traumas d’enfance et d’adolescence.
Des déceptions de vie conjugale.
La pression sociale qui impose la minceur.

En la regardant ce jour là sourire, je devine les questions qu’elles se posent : comment aimer son corps quand on est mal dedans ? Comment vivre sa sexualité, sa vie de femme épanouie quand on se s’aime pas ? Comment être heureuse quand son corps limite, enferme, fait souffrir ?

Pour ma mère, pendant une grande partie de sa vie, la réponse à ces questions étaient de suivre des régimes. Pourtant, elle n’a  cessé de grossir lentement mais sûrement, jusqu’à ce que des pathologies prennent le relais : diabète, asthme, cancer du sein, destruction d’un poumon. Elle rendait son poids coupable de son mal de vivre. Quoi de plus normal que de vouloir éliminer ce qui rend malheureux ?

La vie de ma mère a façonné la femme que je suis devenue. J’ai vu ma mère se débattre avec ses problèmes de poids en enchaînant méthode sur méthode, régime après régime. Sans succès. En étant le témoin de ces batailles j’ai compris.

J’ai compris que les régimes ne résolvent rien.
J’ai compris qu’il fallait d’abord s’aimer telle que l’on est pour construire sa vie.
J’ai compris que les problèmes de poids déplacent l’attention et empêchent de s’occuper des vrais problèmes.

Merci à ma mère de m’avoir tant enseigné.

2019-03-08T11:31:27+00:00

About the Author:

Leave A Comment