Pains aux raisins trop bons

Le week-end est bientôt là.
En ce qui me concerne, vivant dans une station de ski, le rythme des saisons peut complètement changé le rythme biologique. Le lundi, le mardi, le mercredi et tous les autres jours jusqu’au dimanche se ressemblent.
Pour autant, je fais attention à conserver un temps pour ralentir, pour ne pas me laisser happer par les mille choses à faire.
Alors peu importe le jour, ce qui compte pour faire des pains aux raisins trop bons c’est de prendre le temps, de ralentir son rythme.
Le plus long n’est pas le temps passé à fabriquer , bien que la pâte feuilletée levée demande du temps, non ce qui est long, c’est les moments de pause entre chaque geste pour arriver jusqu’à la cuisson.
La dernière fois, j’ai commencé à 14h pour faire cuire les pains aux raisins à 22H30.
Que cela ne vous décourage pas. Je vous assure que le plaisir de les faire, de les goûter, et de les partager en vaut vraiment ce temps que l’on leurs consacre.
Bien sûr, il serait bien plus rapide d’aller chez son boulanger, de donner ses sous, de les ramener chez soi.
C’est ce qui s’est passé ce week-end chez mes parents. Je suis allée leur rendre visite pour fêter l’anniversaire de ma petite-nièce. Mon père qui sait que nous aimons Elsa et moi les pains aux raisins, nous en a acheté.
Le dimanche et le lundi. Dans deux boulangeries différentes.
Nous avons pu constater la différence et choisir la boulangerie qui a notre préférence.
Pour autant, ces pains aux raisins aussi bons soient-ils, surtout ceux de la deuxième boulangerie qui sont artisanaux, n’ont pas le supplément d’âme, de mes pains aux raisins trop bons
Cuisiner doit être guidé par l’amour. D’autant plus quand cela prend du temps. C’est cet ingrédient (et aussi les ingrédients que j’ai utilisés, notamment la farine blé de population) qui donne toute sa saveur à ce que l’on prépare.
Je vous assure que cela se sent.
Et puis, en faisant ces pains aux raisins qui demandent aussi engagement, patience, douceur, force, équilibre, vous allez contacter un sentiment rare : La fierté.
Ce sentiment est un très bon nourrissant de l’estime de soi.
Oui, se lancer dans une telle aventure sollicite de nombreuses parts de nous-même. Et une importante est celle de croire en soi. De croire que l’on peut y arriver.
Parce que c’est long, parce qu’il y a de la pâte feuilletée levée ( je vous encourage vraiment à la faire plutôt qu’à l’acheter), on pense que l’on n’en est pas capable.
Vous l’êtes tout autant que je le suis. J’ai juste un peu plus de pratique. Et la croyance que quand on veut on peut. Alors quand je veux quelque chose et que cela ne dépend que de moi, je tente. Et si cela ne fonctionne pas du premier coup, je persévère.
Vous êtes prêt.e pour cette recette ?
Pour la pâte, j’ai fait confiance à Miss Bretzel. Je vous en avez parlé déjà lors de la recette de la tarte succulente au butternut. J’aime beaucoup ce blog. Et les recettes des viennoiseries me tentent toutes. Pour mon pain aux raisins, j’ai choisi de faire la pâte à croissant. Je voulais aussi faire des croissants et des chocolatines. Le résultat de ces derniers bien que satisfaisants demandent que j’y revienne encore. Par contre, cette pâte donne à mes pains aux raisins une texture , et un goût topissime.
Ingrédients de la pâte :
Pour la détrempe : c’est le nom que l’on donne au mélange des ingrédients avant le rajout d’un autre ingrédient. Avec cette quantité , j’ai fait 6 croissants, 6 chocolatines et 6 pains au raisins
  • 500 g de farine

  • 115 g de lait

  • 115 g d’eau

  • 75 g de beurre revenu à température ambiante

  • 75 g de sucre

  • 11 g de sel

  • 20 g de levure fraîche boulangère

Pour le beurre de tourage : c’est ce qui va permettre le feuilletage de la pâte levée
  • 250 g de beurre

Mélangez la levure au lait et à l’eau tiédis.
Ajoutez la farine, le sucre et le sel.
Si vous avez un robot, le mélange se fera à la vitesse la plus petite avec le crochet pétrisseur. À la main, vous devrez travaillez la pâte jusqu’à ce que celle-ci devienne homogène.
Vous incorporez le beurre en dernier.
Formez une boule et laissez reposer votre pâte au frais de 30 minutes à une heure.
À chaque fois que je fais ce genre de pâte, il est conseillé que la détrempe et le beurre soient à la même température lorsque c’est le moment d’incorporer le beurre de tourage.
Et bien moi, je sors le beurre de tourage du frigo dès le début de la préparation. Je trouve que c’est bien plus simple ensuite à le travailler. Il n’est pas dur comme du béton armé.
Donc quand votre pâte a reposé au frais, sortez-là et à l’aide du rouleau à pâtisserie, faites en un rectangle d’environ 30X20.
En plaçant votre beurre de tourage entre deux feuilles de papier sulfurisé, et à l’aide du rouleau à pâtisserie, faites un rectangle de 13,5X20. Placez ce rectangle au centre de votre détrempe de manière à ce que le beurre recouvre toute la hauteur du rectangle. Puis repliez les côtés libres de la pâte comme si vous fermiez une fenêtre. Le beurre a disparu de votre vue (vous pouvez aussi suivre les indications de Miss Bretzel qui propose une autre manière de feuilleter).
À l’aide de votre rouleau, et délicatement, aplatissez la pâte et le beurre pour commencer l’incorporation. Cela va vous donner un nouveau rectangle que vous plierez cette fois en porte-feuille (le deux côtés doivent se chevaucher). Placez la pâte 30 minutes au frais.
À la sortie du frigo, recommencez à étaler la pâte pour obtenir un rectangle. Repliez-le en 3 (porte-feuille). Et de nouveau 30 minutes au frigo.
Recommencez cette opération une dernière fois.
Vous aurez ainsi donner trois tours.
Votre pâte est prête à l’utilisation.
Préparation de la crème pâtissière
Ingrédients : C’est une recette que j’ai prise à Christophe Michalak (un pâtissier dont les pâtisseries me font rêver) dans son livre Le gâteau de mes rêves. Cette quantité vaut pour 6 pains aux raisins
125 g de Lait (vous pouvez utiliser du lait d’amande)
1 jaune d’œuf
10 g de fécule de maïs (ou maïzena)
10 g de sucre blond
Mélangez tous les ingrédients au fouet et amenez à ébullition pour que la crème prenne (épaississe).
Laissez refroidir complètement.
Montage des pains aux raisins trop bons
Étalez la pâte (Donc 1/3 de la pâte faite) pour faire un grand rectangle d’environ 50X24. Étalez la crème pâtissière que vous recouvrez de raisins secs. Soyez généreux/généreuse . Les raisins apportent le côté à la fois acide et sucré à la viennoiserie. La crème apporte la douceur.
Roulez la pâte dans le sens de la longueur et découpez des tronçons environ tous les 4 centimètres. Vous obtiendrez 6 pains aux raisins.
Laissez reposer au moins 2 heures les pains aux raisins à températures ambiantes recouverts d’un film plastique. Au bout de ce temps, faites préchauffer votre four à 180°. Badigeonnez les pains aux raisons avec un œuf battu. Laissez poser 30 minutes. Re-badigeonnez et enfournez pour 20 minutes.
Cette opération peut être faîte le matin du petit-déjeuner. J’ai préféré le faire la veille. À vous de voir ce que vous préférez en terme d’organisation.
Après quoi, il n’y a plus qu’à se régaler
Bon appétit
À très vite

2018-11-28T13:22:13+00:00

About the Author:

Leave A Comment