Pourquoi le programme pas à pas ?

s'ouvrir à la vie, un chemin un pas à la fois

Bonjour,

Un bout de mon chemin

Je me souviens la première fois que je suis allée voir un psy, je crois qu’il était psychanalyste. Il m’avait été recommandé par une connaissance médecin. C’était il y a 20 ans. J’avais alors mes 2 filles âgées de 4 et 2 ans. Je souffrais d’un « mal de vivre » au quotidien. Je n’arrivais pas être heureuse. Je me culpabilisais pour cela. Je ressentais beaucoup de tristesse, de fatigue. Et même si j’étais entourée d’un mari aimant, de parents prévenants, d’un entourage plus ou moins présent, j’avais en moi un poids que je n’arrivais pas à m’enlever malgré tout ce que je pouvais faire. D’où mon choix de me faire aider par un spécialiste.

J’ai donc pris rendez-vous. Je me suis assise. J’ai commencé à parler. Je ne sais plus si cela a duré trente minutes ou 1h. Ce que je me souviens par contre, c’est la froideur que j’ai ressenti de la part de cet homme et sa question à la fin de notre séance : Pour la prochaine fois réfléchissez à votre enfance !

J’avais confié à cette homme des choses intimes comme les attouchements que j’avais subis, qu’il m’arrivait de manger à n’en plus pouvoir. Et lui la seule chose qu’il me dit c’est : Pour la prochaine fois, réfléchissez à votre enfance !

Je peux vous dire que de prochaine fois il n’y en a pas eu. J’ai continué ma vie tant bien que mal m’accrochant à ce qui me maintenait en vie : Mes enfants et mon mari.

Cinq ans plus tard, je rencontre par hasard – si le hasard existe, je crois plus tôt que la vie nous permet d’évoluer en mettant sur notre route des personnes, des expériences pour cela – une personne qui me propose d’aller avec elle faire un stage qui permettait d’aller mieux. Je sais plus ses mots exacts. Je me souviens que j’avais été sensible à son discours et aussi que cela m’effrayait car j’allais devoir partir de chez moi 3 longs week-end espacés, ce qui voulait dire pour moi, laisser mes filles et mon mari. Mais j’avais confiance en cette personne qui est devenue par la suite une amie. Je suis donc allée à ce stage sans trop savoir où je mettais les pieds. Je savais juste que mon amie l’avait fait avant moi, qu’elle serait présente comme personne aidante.

Ce stage était un stage de décodage biologique, c’est à dire une discipline qui donne un sens aux maladies, aux maux dont nous pouvons souffrir. Après une longue introduction expliquant aux vingt participants l’histoire de cette approche, nos avons été invité à tour de rôle à dire ce qui nous amenait à ce stage.

J’ai attendu le dernier moment. J’avais tellement honte de moi. Devoir dire devant tous ces inconnus que je mangeais en cachette, et pas qu’un peu. J’ai cru que je n’y arriverais pas. J’ai supplié du regard mon amie pour qu’elle confie mon secret à ma place. Mais non, elle savait que m’aider c’était que je puisse exprimer ce que je vivais. J’ai donc sorti les mots de ma bouche, les larmes pleins les yeux, mon cœur battant à tout rompre.

Et là, je me suis aperçue que j’étais accueillie comme j’étais. Après un silence qui m’a paru interminable, le thérapeute qui animait le groupe me regarde et me dit : Ce dont tu as besoin c’est de t’ouvrir à la vie.

Ces mots-là m’ont fait tellement de bien que je suis repartie de ce week-end enthousiaste, pleine d’espoir. J’avais enfin trouvé quelqu’un qui me comprenait.

C’est là que commence le long chemin de mon développement personnel. Il a duré 20 ans car j’ai pris beaucoup de chemins de traverses. J’avais en moi assez de force et d’insouciance pour ne pas me laisser enfermer dans une catégorie qui à mon sens n’allait en rien m’aider à me sortir de mon mal de vivre et des symptômes qui s’y rattachaient. Bien au contraire.

J’avais l’exemple de ma mère qui de médecin en médecin, de cure en cure, de régime en régime, de diététicien en nutritionniste ne faisait qu’aggraver son cas.

Peut-être que pour d’autres, un parcours traditionnel convient. Mais pas pour moi. Aussi, tout ce que j’ai fait n’était pas directement lié avec le fait de trop manger, de maigrir et de regrossir, d’avoir une relation compliquée avec la nourriture.

Ce que j’ai fait, c’est m’occuper de moi pas à pas. De me réconcilier avec moi toujours en accord avec la vie que j’imaginais pouvoir atteindre un jour.

Quand je ne sentais pas que ce que j’entreprenais pouvait m’aider, je changeais de direction. Il y avait des choses que je souhaitais préserver, comme ma vie de couple, ma vie de famille. Pour moi c’était très important que le travail que je faisais sur moi ne détruise pas ce socle. Cela m’a toujours aider à avancer et à choisir des professionnels dont le travail me rassurait à ce niveau-là.

De cette manière j’ai avancé pas à pas. Grâce au travail effectué, j’ai transformé des choses en moi qui m’ont permis dans mon quotidien, dans ma relation avec mes enfants, avec mon mari de vivre plus légèrement. J’ai réussi à créer plus de douceur de vivre en allant à la rencontre de moi-même et en devenant de plus en plus moi-même.
C’est comme ça aussi que mon comportement alimentaire toxique a disparu sans que j’ai travaillé directement sur lui. Un jour je me suis aperçue que je n’étais plus aux prises de pulsions alimentaires, que je mangeais comme j’avais envie, que je me sentais bien dans mon corps, que j’avais envie d’en prendre soin.

Ma vie au jour le jour s’est éclairée. Elle est en accord avec mes rêves d’enfant. Et ceux qui ne sont pas réalisés, je continue de les poursuivre, plus sereine, plus confiante, plus en paix.

Le programme pas à pas

C’est de là qu’arrive le programme pas à pas.

Peut-être aurez-vous le désir de vous occuper de votre quotidien, de voir une différence dans ce que vous vivez tous les jours ?

Peut-être qu’à l’heure actuelle votre problème principal n’est pas votre conduite alimentaire, mais votre difficulté à vous lever le matin pour accomplir vos tâches quotidiennes ?
Peut-être est-ce une difficulté relationnelle ? Peut-être éprouvez-vous une lourdeur professionnelle ?

Vous avez la sensation de ne pas y arriver. Il vous manque quelque chose et vous ne savez pas quoi.

Vous ne souhaitez pas tout révolutionner, mais résoudre votre difficultés du moment.

Si c’est le cas, le programme pas à pas est là pour vous. J’ai voulu qu’il soit respectueux de votre rythme. C’est la raison pour laquelle le programme s’étale sur neuf mois si c’est de ce temps là que vous avez besoin. Bien sûr, il pourra aussi aller plus vite si vous préférez rapprocher les séances.

Quand la séance est terminée, je vous envoie un compte-rendu pour vous permettre de vous appuyer sur un support pour continuer d’avancer.

Vous déciderez aussi des actions à mettre en place entre 2 séances. Notre discussion sera là pour vous aider à choisir ce qui vous convient, ce qui vous procure une agréable sensation dans le ventre.

Vous avez des questions , j’y répondrai volontiers. Contactez-moi

Vous voulez découvrir le programme Pas à Pas et profitez d’une séance découverte avant de vous engager ?

Enregistrer

Je découvre le programme Pas à Pas

 

À très bientôt

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

2017-07-04T13:59:23+00:00

About the Author:

Leave A Comment