Choisir la joie de vivre

Crédit photo Lisa Michel

À écouter ici

Je me souviens enfant comme je croyais.

Je croyais en la puissance de la vie. Je croyais dans une énergie plus grande. Je pouvais m’y relier à travers les poèmes que j’écrivais, à travers l’espoir que je ressentais quand mon expérience s’assombrissait.

Je ne peux pas dire que je croyais en un dieu qui aurait la forme d’une personne. Je ne peux pas dire que je pouvais me reconnaître dans tel ou tel autre courant de pensées.

Non je baignais simplement dans le fait que je croyais en une puissance , une force, une énergie qui me voulait du bien, qui me voulait du beau.

Cette croyance m’appartenait puisqu’autour de moi, mes parents entre autres ne l’avaient pas.

Et puis chemin faisant, en grandissant, je me suis laissée influencer par des énergies plus lourdes. Peut-être devais-je expérimenter ces énergies plus denses, celle que le plan terrestre offre, pour simplement me permettre de reconnaître et d’apprécier ce qui m’a toujours habitée? Peut-être que mon expérience humaine voulait me permettre de me montrer que j’avais le choix.

Combien de fois, en me laissant happer par les histoires emplies de drames, de lourdeurs, je me suis détournée de la joie de vivre ? Combien de fois mon ego a-t-il pris le dessus confirmant le côté sombre de la vie humaine ?

Mais j’ai compris que la vie nous propose juste de faire des expériences pour nous permettre de définir nos choix. De les définir et de les redéfinir.

Des choix qui feront que nous nous sentirons légères ou l’inverse. Nous vivons dans ce monde des polarités. Mais n’est-ce pas pour nous permettre de reconnaître le choix que nous faisons ? Dans quelle énergie nous met-il ?

Il n’y a pas de jugement à avoir. Simplement reconnaître où nous en sommes et où nous nous dirigeons avec telle pensée, telle émotion, telle action.

Pour la majorité d’entre nous , conditionnées depuis toujours à vivre avec des problèmes plutôt que sans, c’est normal. Qu’est-ce qui est normal ? De vivre dans un monde malade avec des gens malheureux ?

Si tu regardes la nature. Une fleur par exemple. Crois-tu qu’elle nourrit le drame ? Comment fait-elle juste pour sortir de terre, de pousser, d’éclore, de s’ouvrir encore et encore jusqu’à ce que son temps tel que nous la voyons se termine, alors même qu’une de ses graines aura pris place pour qu’un nouveau cycle émerge le temps voulu ?

Qu’est-ce qui nous différencie d’une fleur ?

La seule chose peut-être, c’est que l’on nous a donné la conscience pour faire nos choix.

Alors, qu’est-ce que je choisis aujourd’hui ? Maintenant?

Et si je choisissais de laisser ma beauté unique se déployer simplement ? Cela ajouterait-il de la beauté à la vie , aux vies qui m’entourent ?

Je le crois, comme je crois en cette force qui désormais ne me quitte plus.

Je me souviens, jeune adolescente , j’étais tombée sur ce livre. Je ne me souviens jamais de comment je tombe sur des informations qui me donnent un goût de bonheur dans la bouche, qui me fait voir la beauté de vivre. Je crois que la vie se charge de mettre sur mon chemin se dont j’ai besoin. Bref , ce livre, c’est Dialogue avec les anges. C’est l’histoire vraie de quatre amis qui pendant la seconde guerre mondiale communiqueront avec des êtres d’ailleurs.

On pourrait dire ou croire que ça ne finit pas très bien puisque certains d’entre eux finiront exterminer dans les camps. Pourtant, ce livre est là pour nous dire de ne pas nous arrêter à nos perceptions.

S’ouvrir à soi, au monde, à la vie, c’est du pareil au même.

Quand tu restes limités dans tes croyances, dans tes habitudes, dans tes comportements, et que tu n’es pas heureuse là-dedans, comment crois tu qu’il soit possible que ta vie soit différente ?

Nous avons ce merveilleux potentiel de nous ouvrir à d’autres pensées plus aidantes, à la possibilité de changer nos habitudes restrictives et d’agir pour recouvrer la joie de vivre.

Tu sais, la vie est limitée. Je veux dire , telle que nous la connaissons, elle dure un temps. Un temps qui pour la plupart d’entre nous est inconnu. Alors pour ce temps, que veux-tu choisir de vivre ?

J’ai fait mon choix et toi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *