Un souffle à la fois

À ÉCOUTER ICI

Dans notre monde moderne où le faire prend une place très importante, on peut rapidement se sentir débordée, tendue.

Qui d’entre nous n’a pas ajouté à son calendrier un « faire » de plus pour satisfaire une demande , une valeur, l’ego sans-doute ? 

Qui, n’a pas au fil du temps rempli sa journée d’obligations, de tâches ? 

Et puis un jour se réveiller , fatigué-e, empli-e d’émotions inconfortables. Peut-être, même des émotions difficile à reconnaître. 

Mais il faut tenir. Ahhhh ce “il faut” qui nous manipule comme des marionnettes. Avec ce “il faut” , que se passe-t-il ? Bien trop souvent nous nous oublions dans ce faire qui nous amène vers la rupture avec son être profond. 

Alors , le corps prend le relais. Il peut même aller jusqu’à la maladie. 

L’écoute-t-on ? 

Pour certain-e, c’est comme un réveil pour revenir à soi et à ses essentiels . Pour d’autres c’est juste le corps qui faiblit et le temps qui réparera. 

Pour les un, les unes les ajustements nécessaires en eux  prendront place. Ils s’accorderont selon leur nouvelle priorité, leur nouvelle vibration.  Pour les autres, le temps que le corps se réparent et le cycle continuera jusqu’à une prochaine fois. 

Je peux être de ceux, celles qui ne savent pas dire non. Si je ne suis pas vigilante, je peux me faire vite embarquer dans ce faire si gratifiant pour mon ego. 

C’est facile, d’ajouter un oui pour faire plaisir, pour répondre à une certaine image de soi, pour ne pas décevoir, pour respecter des engagements pris.

Mais, ce « oui » tourné vers l’extérieur n’est pas toujours un « oui » pour l’harmonie de son être.  

Un « oui » qui dit non à soi , ce n’est pas un OUI complet. Un tel « oui » oublie ce qui est précieux. notre humanité avec notre sensibilité et notre vulnérabilité. Ce « oui » omet le moment, présent qui seul compte.

Heureusement , Il est possible d’arrêter ce cycle infernal qui remplit nos vies. 

Comment? te demandes-tu

Déjà en prenant conscience de tout ce que l’on s’impose. Et puis avec beaucoup d’amour pour soi, s’ajuster en clarifiant ses priorités,, en mettant des limites, en s’autorisant des pauses. 

Nous ne sommes pas obligés-es de faire , tout faire; Nous pouvons choisir ce qui aujourd’hui est le plus important. 

Et comme chaque jour est différent, avant que le faire ne nous amène dans sa course folle, prenons quelques minutes pour respirer… Juste cela peut faire une sacrée différence.

Alors, inspire, expire, encore une fois  . 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.